Les aventures de Lucky Luke « La Terre promise » לאקי לוק

Un regard juif sur un de nos héros préférés.

par Bébert le Livreur

 

וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-אַבְרָם, לֶךְ-לְךָ מֵאַרְצְךָ וּמִמּוֹלַדְתְּךָ וּמִבֵּית אָבִיךָ, אֶל-הָאָרֶץ, אֲשֶׁר אַרְאֶךָּ

Vayomère HaChem el Avram lèkh lékha méaretsékha oumimoladetera oumibeït avikha el haaretz achère areékha

L’Éternel avait dit à Abram: « Éloigne-toi de ton pays, de ton lieu natal et de la maison paternelle, et va au pays que je t’indiquerai. »  (Genèse, chap. 12, v.1)

« Va vers toi-même » ou « va pour toi  » ?

: להנאתך ולטובתך, ושם אעשך לגוי גדול, וכאן אי אתה זוכה לבנים. ועוד שאודיע טבעך בעולם: לך לך

Commentaire de Rachi : « Va pour toi »

« Pour ton bonheur et pour ton bien. C’est là-bas que je te ferai devenir une grande nation. Ici tu n’auras pas la faveur d’avoir des enfants (Talmoud Bavli, Roch HaChana 16b). Et de plus, je ferai connaître ta nature à travers le monde (Midrach Tan‘houma Lèkh lékha 3) »

Que dire du nouvel album de Lucky Luke ? Sans hésiter, achetez-le : lisez-le, offrez-le.

En associant des dialogues ciselés qui respectent le talent et la verve de Goscinny et un dessin fidèle à celui de Morris, Jul (de son vrai nom Julien Berjeaut, dessinateur humoristique, et accessoirement agrégé d’histoire/Normale Sup’ ENS-LSH, sans les lunettes) et Achdé (Hervé Darmenton à l’état-civil, qui dessine Lucky Luke depuis le décès de Morris) nous régalent : chacun(e) y trouvera son plaisir, pour peu qu’il/elle le lise d’un regard gourmand.

De nombreux dessins et dialogues savoureux (même sur le gefilte fisch, si, si, c’est possible !), des clins d’œil plus ou moins visibles/lisibles illustrent ces planches (qui, en dehors de ceux qui ont été bercés de culture ashkénaze polonaise, sourira en lisant le nom de la ville de Chelm [4ème case, page 13], ville dont tous les habitants se croient des sages et sont des simples d’esprit, ou peut-être est-ce l’inverse ?).

Et c’est bien là où nous retrouvons le caractère universel de ce héros et de ses complices de cases (les Dalton ? ses complices ? ils n’y sont que cités…) : chaque culture, chaque folklore a ses fous du village ou plutôt ses villages de fous, et tous les personnages, y compris Ned et…Goliath, les deux méchants de cette histoire, sont universels, et la générosité  – voire la naïveté de Lucky Luke – sa curiosité, son ouverture d’esprit se retrouvent chez Harry Potter, Tintin, Astérix, Superman ou Charlie Brown.

La rencontre page 40 – sur 48 pages – entre la famille Stern (1) et la tribu des Blackfoot (ce n’est pas Jul qui va nous raconter des histoires sur la tribu amérindienne des Pieds Noirs ou Niitsítapi, « le peuple originel » : bien au contraire il nous enseigne, à travers ce clin d’œil historiquement exact,  l’histoire dans sa singularité multiple) relève, au-delà de l’unité du peuple juif, de l’unité de l’espèce humaine : chaque rencontre peut ressembler à celle de Jacob/Yaakov et Esaü/Esav (2), les différences étant là pour nous enrichir et non pour nous diviser.

Tous les personnages qui figurent aux côtés de Lucky Luke, sympathiques ou méchants, avec leurs traits amicaux ou détestables, quelles que soient leurs origines, leurs cultures, leurs situations sociales, participent à l’aventure d’une grande nation, illustrée ici par les États-Unis d’Amérique, mais qu’une lecture ouverte assimile facilement à notre pays, si déchiré, qui doute et craint pour son avenir, à l’image de ce tableau du peintre américain Grant Wood, « American Gothic », repris avec humour page 10, dans la première case.

Et si cette nouvelle aventure du cowboy racontait plus simplement une histoire de migrants ?

Lucky Luke, une fois de plus nous fait traverser le Grand Ouest, et nous interroge sur le voyage : « Nous sommes des spécialistes de l’inconfort du voyage » dit dans la dernière case de la page 11 Moïshé Stern, qui ignore que pour notre héros, dormir à la belle étoile est souvent la règle. Le voyage est le thème récurrent de l’œuvre de Morris et Goscinny, que ce soit quand les Dalton s’évadent ou quand il accompagne le Grand Duc ou le Pied-tendre. Pour ceux qui refusent Airbnb © ou Calais, l’espace est immense et la réflexion ardue. Va-t-on pour soi ou vers soi ? Notre garçon vacher,  le bien nommé Lucky Luke, qui rencontre son double Jack la Poisse, de son vrai nom Jacob Stern, le « schlimazel » – le malchanceux de la tradition folklorique yiddish -, nous incite à penser  que même quand nous voyageons seuls, notre double nous accompagne.Il ne peut y avoir de Lucky Luke, de chance, sans Jackie la Poisse, son contraire. Babord et tribord entre lesquels nous naviguons, nous voyageons.

Clins d’œil : ils sont nombreux et Achdé ne se prive pas de les illustrer dans une rare complicité avec son acolyte. Très nombreux, faisant référence, pour les parents qui le liront, à de nombreuses scènes déjà vues au cinéma ou lues par ailleurs mais sans copier-coller, bien à propos et avec une érudition certaine qui n’est pas wikipédiesque mais documentée.

Pour celles et ceux qui veulent lire le début du psaume 145 (Achré ) en v.o., vous pourrez le lire page 16 avec Moïshé et Yankel qui font Min’ha … Jul et Achdé, vont même jusqu’à ne pas mettre de tefilin à Moïshé et Yankel pour la prière du matin…Chabbat oblige ! Et phylactères bien posées…

Une critique néanmoins : où donc Jul a-t-il trouvé qu’il n’y avait que 20 livres du Talmud (peut-être notre famille Stern n’a-t-elle pu emporter avec elle toute la compilation des traités ?) ? Cela pourrait égarer nos lecteurs !

Pas besoin d’être juif pour aimer cette bande dessinée, ni d’être ashkénaze pour en rire (mais vous pouvez l’étudier à plusieurs, comme à la yeshiva…).

Allez Luke, bien que tu aies forci à cause de la carpe, tu as le temps de maigrir jusqu’à tes prochaines aventures que nous attendons avec impatience.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s